LA DANSE DES MOTS, billet quotidien, avec Oomark 

COULEUVRES (26/2/10)

  • Passés judiciaires : que de couleuvres !
  • Chateaubriand présentait l’art d’avaler des couleuvres comme un élément essentiel du vade-mecum du parfait diplomate.
  • Madame de Sévigné utilisait l’expression avec sa fille.
  • La formule pourrait remonter à la Renaissance, où elle profite de la confusion entre couleuvre qui, outre le serpent, désignait alors
  • l’insinuation, et couleur qui exprimait à l’époque l’idée de fausse apparence.
  • Difficile aussi de ne pas penser au serpent d’Ève.
  • En tout cas, la couleuvre est plus digeste que le chapeau.
  • To swallow something, Tragarse sapos, Buttar giù un boccone amaro, In den sauren Apfel beißen müssen.

*******

SPECTRE (25/2/10)

  • Le spectre du chômage de masse hante la France
  • Mais aussi la Russie et l'Allemagne.
  • En 1848, Marx et Engels, en évoquaient un autre : « Un spectre hante l'Europe, celui du communisme. »
  • C’est en effet ainsi que commence le Manifeste du Parti communiste.
  • Vade Mecum de la pensée révolutionnaire, le Manifeste met sur orbite deux mots jusque-là peu pratiqués : communisme et spectre.
  • A l’arrivée, il n’y a pas photo.
  • Un siècle et demi après un départ où ils étaient à égalité, spectre est sept fois plus fréquent que communisme dans la presse :
  • Les grévistes ont brandi le spectre d'une pénurie de carburant, le spectre du FMI affole l'UE, le spectre du déclin inquiète l’Europe, le spectre de la taxe professionnelle inquiète les élus, le spectre des années 30 menace les Etats-Unis, avec la réforme des tribunaux on craint le spectre du désert judiciaire ….
  • Belle carrière, que celle du mot spectre !
  • To brandish the specter.

*******

COLLATÉRAL (24/2/10)

  • La frénésie anti-tabac atteint de nouveaux sommets.
  • Dommage collatéral de la pensée unique.
  • Jusqu’aux années 60, collatéral ne se rencontrait en français que chez les notaires et les amateurs d’arbres généalogiques.
  • En anglais, collateral signifie « supplémentaire, à côté » : on croisait surtout le mot dans le vocabulaire financier, au sens de garantie.
  • Pendant la guerre du Vietnam, les militaires américains ont retenu, par euphémisme, le mot pour désigner les dommages regrettables qui interviennent en marge de l’action principale.
  • Mais c’est avec la première guerre du Golfe que collateral en anglais et collatéral en français ont acquis leurs galons.
  • Entraînant subséquemment une reconversion civile.
  • Quam terribilis est haec hora.

*******

NOT IN THE DICTIONARY (23/2/10)

Comme tous les ans, le Washington Post a publié les meilleures définitions alternatives proposées par ses lecteurs.
And the winners are:

  • Coffee (n.), the person upon whom one coughs.
  • Flabbergasted (adj.), appalled over how much weight you have gained.
  • Abdicate (v.), to give up all hope of ever having a flat stomach.
  • Esplanade (v.), to attempt an explanation while drunk.
  • Willy-nilly (adj.), impotent.
  • Negligent (adj.), describes a condition in which you absentmindedly answer the door in your nightgown.
  • Lymph (v.), to walk with a lisp.
  • Gargoyle (n.), olive-flavored mouthwash.
  • Flatulence (n.) emergency vehicle that picks you up after you are run over by a steamroller.
  • Balderdash (n.), a rapidly receding hairline.
  • Testicle (n.), a humorous question on an exam.
  • Rectitude (n.), the formal, dignified bearing adopted by proctologists.
  • Pokemon (n), a Rastafarian proctologist.
  • Oyster (n.), a person who sprinkles his conversation with Yiddishisms.
  • Frisbeetarianism (n.), The belief that, when you die, your soul flies up onto the roof and gets stuck there.
  • Circumvent (n.), an opening in the front of boxer shorts worn by Jewish men.

*******

QUESTION DE TAILLE (22/2/10)

  • Ce n'est pas la taille qui compte
  • It's not the size that counts
  • No es el tamaño lo que cuenta
  • Non è la dimensione che conta
  • Es ist nicht die Größe, die zählt

     

    *******

CHASSE GARDÉE (19/2/10)

  • Languedoc-Roussillon, chasse gardée ou pré carré ?
  • Les deux formules ont une origine rurale.
  • Rendre son pré carré, par achat ou mariage, a toujours constitué l’un des objectifs du cultivateur : on exploite en effet plus facilement les terrains aux formes géométriques simples.
  • Protéger son domaine de chasse fait de longue date partie des habitudes du propriétaire terrien.
  • Mais alors que la première des expressions vise surtout le paysan, la seconde concerne d’abord le seigneur.
  • Il y a ainsi une dimension plébéienne dans le fait de défendre un pré carré, alors qu’on trouve des traces aristocratiques dans celui de protéger une chasse gardée.
  • To fight one's corner, Cuidar su quintita

*******

LA NEIGE ÉTOUFFE-CHRÉTIEN (18/2/10)

  • Force est aujourd'hui de constater que la montagne est le berceau de la chrétienté.
  • Sur les pistes de Vancouver, point de kippas, de burqas, de toges, de turbans, de kimonos ni de boubous sur les pistes.
  • D'ailleurs, on a sacrifié un agneau géorgien pour prendre les augures*.
  • Avec un succès moyen hier soir.
  • La Française s'est catapultée.
  • La Canadienne s'est crashée.
  • La Suédoise s'est tournijumblée**.
  • Bref, dans les arènes de Vancouver, on n'a sacrifié que des Chrétiens.
  • En prenant soin de les revêtir de combinaisons, certes infibulées, mais moulantes.
  • Tout cela à cause de Noé sur son sacré mont Ararat.

    * Tiens, inauguration, cela vous dit quelque chose ?
    ** Une bellle invention de Jean-Max Rivière

*******

CROSS NEIGEUX (17/2/10)

  • Abdou Diouf, président de l'Organisation internationale de la francophonie, s'insurge contre la prédominance de l'anglais à Vancouver.
  • Le gouvernement québécois lui emboîte le pas.
  • J'ai suivi la compétition de snowboard cross cette nuit.
  • La France a obtenu une magnifique médaille d'argent... par défaut (deux concurrentes sur quatre ayant chuté).
  • Et une magnifique démonstration « cross » linguistique des commentateurs.
  • Au vol (et de mémoire) :
  • « On l’avait pressenti sur les previews ».
  • « Elle adorait rider les montagnes, sans shape, ni traces, ni rien ».
  • « Elle est devenue un rider polyvalent ».
  • « Pour le big mountain rider, quelques tricks de freestyle ne sont pas exclus ».
  • « Mais maintenant, nous sommes en live ».
  • « Elle a pratiqué en snow park, mais elle a aussi tapé des petits jumps sur des sauts aménagés, sans dédaigner des runs montagne ».
  • « Elle a participé à des contests ».
  • « Elle adore le freeride (urban ou freestyle) ».
  • « Sa board est une stance de 55 cambre inversé ».
  • « Son ensemble shoes/fix/board ».
  • « C'est où, ton set-up ? ».
  • Lex non scripta.
*******

UNE ÉPINE SUR LA COLONNE (18/1/10)

  • En anatomie, on appelle épine dorsale l'ensemble des apophyses épineuses (protubérances sur les os) qui forment la crête osseuse le long de la colonne vertébrale.
  • Stricto sensu, l’épine dorsale n’est donc qu’une partie de la colonne vertébrale.
  • Mais, par cette figure de style que les spécialistes appellent synecdoque particularisante, on prend souvent la partie pour le tout.
  • Colonne vertébrale et épine dorsale sont ainsi devenues synonymes dans le langage courant pour exprimer ce sur quoi on prend appui.
  • Chacune des expressions a ses partisans et ses réfractaires.
  • Les réseaux étendus sont l’épine dorsale d’un parti, d’une institution, d’une entreprise.
  • Les médaillés d’or du ski acrobatique sont davantage intéressés par leur colonne vertébrale (ou ce qu’il en reste)
  • backbone - spine

*******

ÇA, C'EST DE LA DANSE (15/1/10)

  • Pour bien traduire, il faut décrypter.
  • J'étais à Moscou au moment de Tchernobyl. C'est trois jours après qu'un entrefilet dans les Izvetia annonçait « qu'il ne s'était rien passé d'important en Ukraine ».
    Instantanément, 250 millions de Soviétiques avaient compris qu'une catastrophe majeure venait de frapper l'URSS.
  • J'étais dans Phnom Penh assiégée par Pol Pot. C'était la fin du monde.
    Incroyablement, le maréchal Lon-Nol répondait par des danses traditionnelles au Palais Royal local.
  • J'étais Porte des Lilas lorsque Le Monde a claironné l’avènement « d'une vraie démocratie au Cambodge ».
    Ingénument, les Français l'on cru.

Ci-dessus, le nouveau logo de l'hebdo Tehran Emrooz, qui représente le mot « aujourd'hui » (emrooz) accolé au mot Téhéran en petits caractères.
Ouais...
Fatalement, le Ministère de l'orientation islamique s'est saisi de l'affaire.


NB : Pour régler la situation administrative des immigrants illégaux, nos voisins anglais dépensent 20 millions de livres par an en frais de traduction. Cui bono?

*********

MAUVAIS GENRE (12/2/10)

Oui, je sais, j'ai, par ci par là, commis une faute de frappe.
Je voudrais bien vous y voir, en flux tendu !
Tenez, je vous donne trois minutes pour identifier ces genres :

  • alcôve =>
  • alvéole =>
  • ambage =>
  • anagramme =>
  • antre =>
  • aparté =>
  • apocalypse =>
  • apogée =>
  • armistice =>
  • chrysanthème =>
  • clope =>
  • déboire =>
  • délices =>
  • drachme =>
  • écritoire =>
  • effluve =>
  • éloge =>
  • entracte =>
  • épigramme =>
  • épître =>
  • équivoque =>
  • faste(s) =>
  • goulasch =>
  • hémisphère =>
  • interstice =>
  • intervalle =>
  • interview =>
  • leitmotiv =>
  • soldes (d'été ou d'hiver) =>
  • mes amours =>
  • oasis =>
  • obélisque =>
  • orgue =>
  • planisphère =>
  • séquelles =>
  • tagine ou tajine =>
  • tentacule =>
  • testicule =>
  • thermos =>
  • tubercule =>

*******

PRINCIPES (14/1/10)

  • « C'est une question de principe ! »
  • L'efficacité outrepasse les principes. C'est la realpolitik.
  • Et pourtant, on les convoque sans cesse.
  • On refuse de payer in extenso un traducteur : question de principe (il a terminé en retard).
  • Ikea refuse une augmentation générale : question de principe (pourquoi pas dans le reste du monde ?).
  • On ne dérange pas un collaborateur le week-end : question de principe (la vie privée).
  • On refuse d'engager des surveillants : question de principe (menace de tache d’huile).
  • Les principes invoqués sont chaque fois d’inspiration et de portée différentes, mais la posture est la même : c’est parce qu’on manque d’arguments qu’on convoque
  • les principes pour justifier une attitude.
  • Et, loin de renforcer son autorité, celui qui se réclame d’une question de principe affiche en réalité une certaine fragilité.
  • En montant en épingle une réplique de Georges Frêche, Martine Aubry semble avoir créé un effet boomerang.
  • Mais attendons le 14 mars...

***********

RAYONNEMENT (10/2/10)

Balthazar* se veut le plus prestigieux bimestriel masculin francophone.
On y retrouve pêle-mêle Philippe Sollers, Guy Savoy, José Artur, Christophe Deloire, Elsa Zylberstein et bien d’autres.
Passionnant.
Confer cette interview ô combien intense d’Alain-Dominique Perrin**, pompeusement intitulée « L’enchanteur du luxe » (page 67) :

  • Qu’est-ce qui vous motive dès le réveil ? Le petit déjeuner.
  • Que prenez-vous au petit déjeuner ? Thé vert, porridge, yoghourt.
  • Qu’est-ce qui peut illuminer votre journée ? Le soleil, le rire.
  • Quel est votre mot doux préféré ? Amour.
  • Votre plus bel émerveillement artistique ? L’architecture de la Fondation Cartier.
  • Possédez-vous un ou plusieurs porte-bonheur ? Plusieurs.
  • Vos projets ? Ça fourmille.
  • Comment vous ressourcez-vous ? En famille.
  • Quel est votre principal don ? Le calcul mental.
  • Qu’aimeriez-vous que l’on dise de vous lorsque vous êtes absent ? Où est-il.


Ainsi se pérennise notre rayonnement culturel…


* En kiosques, 6 euros
** Ancien PdG de Cartier

 

Un conseil, au vol : pour muscler les distractions à bord, sortez votre portable et ambiancez votre avion. Vos voisins rayonneront de joie...

*****

OPTEZ (9/2/10)

La réforme hospitalière porte enfin ses fruits.
Ainsi, le standard téléphonique de Sainte-Anne vient d'être robotisé.
Composez le 01 45 65 80 00 (à partir de l'étranger : +331 45 65 80 00), et vous obtiendrez dorénavant ceci :

  • Vous êtes bien connecté avec le standard automatique de Sainte Anne.
  • Veuillez choisir parmi ces options :
  • Si vous êtes obsédé ou compulsif, tapez 1 sans discontinuer.
  • Si vous souffrez de codépendance, demandez à quelqu'un de taper 2.
  • Si vous souffrez de troubles de la personnalité, veuillez taper 3, 4, 5 et 6.
  • Si vous êtes paranoïaque, nous savons qui vous êtes et ce que vous voulez ; restez en ligne, nous allons détecter votre appel.
  • Si vous souffrez de délires interprétatifs, tapez 7 ; votre appel sera tranféré au PC.
  • Si vous êtes schizo, écoutez attentivement la petite voix qui vous indiquera quel chiffre taper.
  • Si vous êtes manioco-dépressif, raccrochez ; quel que soit le chiffre tapé ; vous n'aurez pas satisfaction.
  • Si vous êtes dyslexique, tapez 9-6-9-6.
  • Si vous êtes bipolaire, laissez un message après le bi p ou avant le bi p ou après le bi p. Mais surtout attendez le bi p.
  • Si vous avez un problème de mémoire, tapez 9.
  • Si vous avez un problème de mémoire, tapez 9.
  • Si vous avez un problème de mémoire, tapez 9.
  • Si vous avez un problème d'ego, veuillez raccrocher ; nos conseillers sont actuellement débordés.
  • Si vous souffrez de symptômes de ménopause, veuillez dévier le canon de votre revolver, veuillez raccrocher, veuillez régler votre ventilateur sur la position 5, veuillez
  • vous allonger, veuillez hurler. La crise s'arrêtera forcément un jour ou l'autre.
  • Si vous êtes blonde, surtout ne tapez rien.

*******

RINGARD (8/2/10)

  • « Le ringard, c'est celui qui réussit à perdurer ».
  • Un tantinet goguenard, Gérard Depardieu assénait hier cette définition sur France-Inter.
  • Ce dont nous sommes sûrs, c'est que « ringard » n'est plus le tisonnier avec lequel on remue le charbon.
  • Le ringard, c'est désormais un mauvais acteur.
  • Un moteur de recherche (pris au hasard) nous éclaire :
  • C'est le mec rebeu qui a une crête à la place des cheveux, s'habille ultra moulant avec une ceinture D&G et qui roule en Golf TX.
  • C'est le Français de souche qui passe ses vacances à Marrakech avec une formule low cost.
  • C'est le Portugais qui met deux tiers de son salaire pour tuner sa voiture.
  • C'est le daron rebeu qui traîne sa remorque avec une bâche bleue et un coin de table qui dépasse.
  • C'est le renois qui s'habille en mode hip-hop (et qui n'est pas un sapeur).
  • C'est le céfran qui se la joue rebeu.
  • Si vraiment vous n'avez pas compris, voyez Franck Dubosc
  • Fuddy-duddy

*******

PARADOXES (5/1/10)

  • Quand un homme meurt, on dit qu’il s’éteint ; quand il est mort, on l’appelle « feu ».
  • On remercie un employé lorsqu’on n’est pas content de ses services.
  • Un bruit transpire avant d’avoir couru.
  • On lave une injure après avoir essuyé un affront.
  • Lorsqu’on a des idées noires, on passe une nuit blanche.
  • Pour avoir de l’argent devant soi, il faut en mettre de côté.
  • Les avis sont partagés, donc je ne partage pas le vôtre.
  • Boileau parlait des embarras de Paris : excès de voitures ou insuffisance de fonds ?

*******

PROPHÈTE (4/2/10)

  • DSK distancé dans l'opinion par Martine Aubry.
  • Nul n'est prophète en son pays.
  • « Un prophète n’est sans honneur que dans son propre pays et dans sa maison ». (Évangile selon Matthieu, chapitre 13, verset 57).
  • Et l’Évangile de préciser : si nul n’est prophète en son pays, c’est à cause de l’incrédulité de ceux qui en savent trop.
  • Ce n'est pas pour autant que l'impétrant fait une croix sur ses ambitions.
  • No man is a prophet in his own land - Der Prophet gilt nichts in seinem Vaterland - Nadie es profeta en su tierra - Santo de casa não faz milagre - Ingen er profet i sit eget land - Nemo profeta in domo sua - Een profeet wordt in zijn eigen land niet

    *******

    LIMOGER (2/2/10)

  • Important une méthode de management, le président de France Télécom espérait un quick win.
  • Méthode qui, transposée ici, se révéla un slow loss.
  • Le voilà limogé.
  • A la mi-août 1914, Joffre, général en chef, reçoit du gouvernement l’autorisation de muter ou de mettre à la retraite tout officier général.
  • Le 27 août, il décide d’affecter à la 12ème région militaire une soixantaine de hauts gradés dont il estime qu’ils sont incapables de diriger des opérations de guerre moderne.
  • La 12e région est constituée des départements de la Charente, la Corrèze, la Creuse, la Dordogne et la Haute-Vienne.
  • Les militaires déplacés se retrouvent ainsi à Limoges, d’où l’expression « limoger », verbe qui perdurera.
  • Envoyés à Toulon ou à Brest, ils seraient restés en rade.
  • Envoyés à Castres...
  • To coventrise, to be sent to Coventry*


    * Allusion à la ville pilonnée par l'aviation allemande en novembre 1940

    *******

    COUPERET (1/2/10)

  • Comme je le laissais entendre vendredi matin (avant 8h 15), Dominique de Villepin ne manque pas de sex-appel.
  • La nouvelle est tombée comme un couperet.
  • Le couperet n’a pas attendu l’invention de Joseph Ignace Guillotin (1738-1814) pour engendrer l’expression.
  • À l'origine, un couperet est un couteau à large lame servant à trancher la viande.
  • Mais c’est avec la guillotine et son lot de décollations que commence vraiment la carrière qui a conduit l’expression jusqu’à nous.
  • Tout se passe souvent comme sur l’échafaud.
  • Le « coupable » sait que la fin est proche, mais c’est sans s’annoncer que se déclenche le couperet.
  • Car ceux qui le manient ont une opinion tranchée.
  • The news came as a bolt from the blue - Wie ein Blitz aus heiterem Himmel passieren - Caer como un jarro de agua fría - Cair como uma bomba - Calare come una mannaia - Als een donderslag bij heldere hemel vallen…

*******

Authored and hosted by EDIT Online - Copyright 1997-2013 Edit - Easy Does I.T. - Internet & Translation. All rights reserved.