LA DANSE DES MOTS, billet quotidien, avec Oomark 

*******

DE PLEIN FOUET, LA CRISE.. (27/6/09)

• Dans sa virulente « Lettre ouverte »*, Jean Montaldo démonte le mécanisme quasi horloger de la crise financière qui frappe le monde de plein fouet.
• « De plein fouet » signifiait pour les militaires du XIXe siècle « horizontalement », en parlant d'un tir direct visant un objectif visible.
• Épaulé par cette épithète, le vocable « crise », après avoir été bradé pendant des décennies, reprend hélas tout son sens.
• « Crise » vient du grec krisis : "choix", "action de séparer", d'où « dissentiment », « contestation ».
• Krisis est lui-même issu de la racine indo-européenne krei, "cribler", que l’on retrouve dans le verbe grec krinein, « séparer », « choisir », « décider », « juger ».
• Jusqu’au XVIIIe siècle, seul le langage médical utilise le mot crise : crise cardiaque, crise de foie, crise de nerfs, crise de goutte…
• C’est dans la seconde partie du Siècle des Lumières que la crise fait irruption dans le vocabulaire philosophique.
• En 1762, Rousseau écrit : « Nous approchons de l'état de crise et du siècle des révolutions ».
• Bien vu.
• Aujourd’hui, la science politique et l’économie utilisent le mot pour désigner une rupture d’équilibre.
• C’est la première acception du verbe krinein qui est généralement convoquée : la crise est une fracture, une discontinuité brutale.
• Mais les autres dimensions du radical krinein ne sont pas loin et résonnent comme la feuille de route qui s’impose aux gouvernements.
• Choisir et décider : tous s’y emploient.
• Juger : c’est Jean Montaldo qui, le premier, réclame… le fouet.

* Jean Montaldo : Lettre ouverte aux bandits de la finances – Albin Michel – 20 euros

*******

UNE TÊTE BRÛLÉE AU GOUVERNEMENT (25/6/09)

  • On fait remonter la formule au XIXe siècle, à la parution, longtemps après sa mort, des Mémoires du duc de Saint-Simon.
    • Une tête brûlée est le contraire d’une tête froide : c’est quelqu’un d’exalté qui fonce au mépris des risques.
    • On devrait s’en méfier.
    • Et pourtant on les apprécie.
    • C’est que les têtes brûlées sont des gagnants.
    • Ceux qui agissent sans réfléchir et qui échouent ne sont pas traités de têtes brûlées, mais tout juste d’incapables.
    • Leurs jours sont généralement comptés.
    • Les têtes brûlées ont un statut dérogatoire.
    • Ils ont franchi les interdits, mais le résultat a justifié les moyens.
    • Et ils bénéficient dès lors du privilège d’être considérés comme différents.
    • Ailleurs, on trouve aussi des têtes brûlées.
    • Hitzkopf (tête chaude)
    • To be a dare devil (oser défier le diable)
    • Un calavera (une tête de mort)
    • Un cabeza loca (une tête folle)
    • Una testa calda (Une tête chaude)
    • Een heethoofd (Une tête très chaude)
    • Usijana glava (une tête brûlée)

 

*******

MURPHY VARIATIONS (24/6/09)

• Pour tout dire, Edward Murphy (1918-1990) aurait préféré rester dans l'anonymat.
• Ancien de West Point, il sert dans l'Air Force pendant la guerre, qu'il termine au grade de major.
• La paix revenue, il participe comme ingénieur à des tests de résistance des pilotes à la décélération.
• Au cours de l'un d'entre eux, l'expérience échoua par la faute de son assistant qui avait mal mis en place un dispositif.
• Frustré, Murphy aurait alors laissé entendre que chaque fois qu'il y avait une erreur à commettre, on pouvait être sûr que cet assistant la commettrait.
• Son entourage en aurait tiré la loi qui porte son nom : si quelque chose peut mal tourner, alors cette chose finira infailliblement par mal tourner.
• Edward Murphy consacra la dernière partie de sa vie à nier son rôle dans cette légende.
• Mais rien n'y fit.
• Victime en quelque sorte de sa propre loi, Murphy n'a jamais réussi à remonter le courant.
• Aujourd'hui, son fils continue, sans plus de succès, le combat de son père.
• La première loi : thème et variations
• If anything can go wrong, it will.
• Français (proposition EDIT): La tartine tombe toujours du côté du beurre.
• Français méridional : Putaingue, cong si c'teu maîrde a veut pas marché, hé bin elle ne marechera pas boudiou de dieu.
• Français des rues : Putain de merde de saloperie de merde quand ça veut pas ça veut pas. Et jamais ça veut !
• Picard : Chi tou y peu quer', aleur tou y va quer (ou : tou y va tcheur)
• Bougnat : Si tü charche l'empeità, tu veu cant t'entarnüjâ.
• Ariégeois : Si c't merdouille elle veut pas, elle ne changera pas d'avis, sauf pour pire !
• Francique : Egal woas de marchs, d'hascht immer de Kaes
• Québécois : Si y'a de quoi qui peut te petter dans face, ben ça va arriver !
• Québécois (Lac St-Jean) : Estie de tabarnak, si quek chose décrisse toutte, ben calisse y s'adonne pour resoudre, cibouère !!!
• Québécois beauceron : Si yà d'qûoi qui peut chier, bah cré moé qu'ça vâ chier
• Argot québécois : Ciboire !!! Savait bin osti qu'sa marcherait pas moé christ....
• Berrichon : C'te chevriotte veu mal tourné et ben vîndiouuuu tu peut ti en ete sûr qu'ça march'ra pas !
• "Javanais" : Savi quavelquave chavose paveut maval tavournaver, avalavors çava tavournaverava maval.
• Verlan : Ah oué téma, si y'a un quetru qui peut tipar en yecoui, et béh niksamèr obligé té sûr que ça va tipar en yeuq.
• Louchebem (langue des bouchers) : Lissem lelquechosemic leupem lalmic lournetem lalormic lassem lourneratem lalmic.
• Schtroumpf : Si quelque schtroumpf peut schtroumpfer mal, alors il schtroumpfera.
• Créole mauricien : Si ène z'affaire bizin dans baisé, li pou dans baizé.
• Créole guadeloupéen : Si on bitin pé aï mal, i ké aï mal.
• Créole réunionnais : Si na ène ti guin i pé baiser, alors li sa gagne baiser.
• Créole guyanais : Si en bet pa bon eh ben y pé ké jin bon !
• Créole martiniquais : Si an bagay pé alé mal, i ké alé mal
• Wallon : Si y niè yauc qui nû dwè ni zallè, alôr ca nû vèrrè ni.
• Wallon liégeois : S'i'n'a è'ne saquî qui n'deu nin mârtchi, è'n mârtch'rè nîn.
• Wallon de Charleroi : Si y'a une sakwè qui n'deu nin d'aller, bin ça n'dira nin.
• Corse : S'è a disgrazia vi deve tuccà, vi tuccherà di sicuru.
• Latin : Perperam eventurum est quicquid perperam evenire potest.
• Esperanto : Se io povas maltrafi, tio maltrafos !
• Catalan : Si quelcom pot anar malament, hi anirà.
• Occitan : Se quicòm pòt mal anar, irà mal.
• Basque : Zerbait gaizki atera badaiteke, gaizki aterako da.
• Breton : Ma c'hell mond fall un dra bennag, mond fall a raio.
• Alsacien (région de Strasbourg) : Wenn ebs schief kann gehn,dann wertz a verdammi schief gehn.
• Alsacien (Vallée de Masevaux) : Wann eppis schiefgeha kã, as werd schiefgãha.
• Alsacien (Sundgau/Altkirch) : Wenn ebbs verreckt geeh kha, denn geeht's oi verreckt.
• Alsacien (de Hégenheim) : Wenn eppis ent hosa kah, denn gohts eui ent hosa.
• Luxembourgeois : Wann eppes kann schiefgoen, dann geet et och schief.
• Notation probabiliste : P("ca part en couille")=/=0 => P("ca part en couille")=1
• Mathématiques pures : Soit B un ensemble contenant toutes les bonnes solutions et une unique mauvaise solution. Quel que soit x appartenant à B, x est la mauvaise solution.
W@r3z : $i qµ3LQµe ch0s3 P3ut m@L t0µRn3R, alors ç@ t0µrn3r@ m@L.
• Basic : 10 rem Basic Murphy's Law.... 20 i=0
30 print "Murphy a t'il frappé aujourd'hui ?"
40 print "oui=1 ; non = 2"
50 input i
55 if i=1 or i=2 then goto 60 else goto 20
60 if i=1 then goto 100
70 print "alors cela ne va pas tarder"
80 goto 20
100 print "d'après la loi de Murphy, il devrait refrapper bientôt..."
110 goto 20
120 end
• Visual Basic : private sub command1_click()
dim x as integer
x = msgbox ("Est-ce que Murphy a frapper aujourdhui ? ",vbexclamation+vbyesno,"Attention")
if x = 6 then
msgbox " Il ne tardera pas à refrapper.... "
else
msgbox "Patience il ne tardera pas .. "
end if
end sub
• C :
int murphy(char *quelquechose)
{
char *x;
for(x=quelquechose;*x;x++)
if(!*x) return 0;
return 1;
/* comment: if one of the element contains FALSE, the function must return FALSE */
}
• C++ :
class CMurphy{
public :
Murphy();
~Murphy();
private :
int *p;
}
// Constructeur
CMurphy::Murphy()
{
p = new int[infinity];
}
// Destructeur mais vous n'arriverez jamais jusque là...
CMurphy::~Murphy()
{
delete(p);
}
int main(void){
CMurphy loi;
return 0;
}
• Objective C :
/* Murphy.h */
@interface Murphy
{
NSString *murphy;
}
- (void)MurphyLaw;
@end
/* Murphy.m */
@implementation Murphy
- (id)initWithError
{
self = [[super alloc] init];
murphy = @"C'est pas encore parti en couille.";
[self MurphyLaw];
}
- (void)MurphyLaw
{
murphy = @"Cette fois c'est la bonne !";
[super terminate];
}
@end
• SQL :
No data found.
En T-SQL :
If Exists(SELECT @@ERROR) AND (SELECT @@ERROR) not in (0) SELECT @@ERROR
• Java :
package laws;
public class MurphyLaw
extends Object
{
public MurphyLaw()
{
throw new Error();
}
}
Caml
let murphy = function evenement
let rec boucle = function
| [ ] -> true
| tete::queue -> if tete = catastrophe then true else
boucle (queue)
in boucle événement;
(* événement est une liste d'événements. la boucle examine tous les éléments de la liste. Mais si jamais aucune catastrophe n'a été
détectée alors de toute façon, quelqu'un en trouvera bien une... *)
• Turbo-Pascal :
var L :string
begin
writeln ('Loi de murphy,Attention au(x) bug(s)');
writeln('Entrez la nature de votre problème')
readln('L')
If L=Insoluble or Repetitif or Empirant then
begin
label a
writeln('votre problème est soumis à la plus grande loi de l'Univers:')
writeln('La loi de murph...ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ')
goto a
End;
Else
begin
writeln('votre problème se résoudra de lui même si vous...ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR
ERROR ERROR ERROR ERROR ERROR ')
goto a
end;
end.
NB: Remarquez la structure en boucle du programme plantant à coup sûr tout ordinateur...
• Pascal-Assembleur :
:Menu("Avez vous un problème?","non",1,"oui",2)
:Lbl 1
:Stop
:Lbl 2
:Disp "Quel est votre problème ?"
:Input A
:Pause
:ClrHome
:Disp "Calcul de la réponse"
:For (I,20,200)
:end
:Disp "ATTENTION"
:Disp "Loi de Murphy"
:Disp ""
:Disp "ERROR"
:Stop
• Windows : Ce logiciel a effectué une opération non conforme.
• Linux : Kernel panic: VFS: unable to mount rootfs on 03:03

*******

PERSE ET RESPECT (25/6/09)

  • Omar Khayyâm n’est pas le seul ambassadeur de la littérature persane.
    • Pour preuve les deux Sadi Carnot qui ont marqué l'Histoire de France.
    • Sadi Carnot le physicien (1796-1832), d'une part : c'est celui-ci qui a laissé son nom aux principes de la thermodynamique.
    • Sadi Carnot le président (1837-1894), d'autre part : c'est celui-là qui meurt assassiné à Lyon par Caserio le 24 juin 1894.
    • Le premier est le fils aîné de Lazare Carnot (1753-1823), grande figure de la Révolution et de l'Empire, dit l'Organisateur de la victoire, ou le Grand Carnot ou quelquefois traité de génocidaire vendéen.
    • Le second est le fils du fils cadet de Lazare.
    • Le futur président a reçu son prénom en souvenir de son oncle, mort cinq ans avant sa naissance.
    • Il se trouve que Lazare Carnot était un admirateur du poète persan Saadi (ou Sadi) (1184 - ?) , auteur de contes dont le Jardin des Roses et le Jardin des Fruits (le Golestân et le Bustân).
    • C'est en référence au poète que Lazare Carnot avait donné son prénom à son fils.
    • Dans un autre registre, Henry de Montherlant affirmait, à la lecture de Saadi, s'être affranchi des rimailleries françaises.
    • Barack Obama a cité les deux premiers vers du poème suivant dans sa déclaration au peuple iranien pour le Nouvel An iranien de 2009.


    • Of one Essence is the human race
    • Thusly has Creation put the Base;
    • One Limb impacted is sufficient,
    • For all Others to feel the Mace. (traduit par Iraj Bashiri)

    • Les enfants d'Adam font partie d'un corps
    • Ils sont créés tous d'une même essence
    • Si une peine arrive à un membre du corps
    • Les autres aussi, perdent leur aisance
    • Si, pour la peine des autres, tu n'as pas de souffrance
    • Tu ne mériteras pas d'être dans ce corps (traduit par Mahshid Moshiri)


    • C’est ce poème qui figure à l’entrée de l’immeuble des Nations unies à New York.

*******

HEURS ET MALHEURS DE LA TRADUCTION (22/6/09)

Un conseil : allez jusqu’au bout de cette saynète :

Vous me remercierez !

*******

PREPARATION DES INTERPRÈTES ROUMAINS (19/6/09)

• En vue de préparer les interprètes affectés au parlement européen, un site officiel roumain a rédigé un dictionnaire des injures
hahalera = minable
zdreanta = pouilleux
a bate pe cineva cu cureaua de la ceas = donner une fessée avec un bracelet de montre
a-i face cuiva baie în ibric = je vais te donner ton bain dans une théière !
sa-l ia mama dracului de hot = au diable ce truand
asta nu e sanatos la cap = il a une araignée sous le plafond
vagabondul dracului = saloperie de clochard
papagal = espèce de perroquet
paduche = dresseur de poux
bisnitar de mahala = marchand de sommeil
handicapat cu doua clase mai mult decât trenul = à peine plus malin qu’un train
posedat de diavol = le diable au corps
cancer veninos = cancer vénéneux
bolnav psihic = ça va pas, la tête ?
creier de maimuta = cervelle de singe
Gigi tântarul = Gigi le moustique
rahat cu ochi = merde humaine
maimuta curentata = singe passé à la chaise électrique
pipita/pitipoanca = pétasse
un mucos venit cu oile în Bucuresti = morveux monté à Bucarest avec ses moutons
limbric = lombric
curva = pute
taca-ti fleanca = ta gueule !
vânzator de iaurt = marchand de yaourts
balamuc = asile d’aliénés
jigodie = chien galeux
tribunul câinilor si pisicilor = la tribune des chiens et des chats
vrajeala = fadaises
• Et le meilleur pour la fin :
comunistule = Communiste !

  • Traductions originales :
    hahalera = scum bag, scoundrel, lowlife
    zdreanta = rotter, rat, puke, stinkpot, toe-rag
    a bate pe cineva cu cureaua de la ceas = to spank somebody with a watch band
    a-i face cuiva baie în ibric = to bathe somebody in a jug/kettle
    sa-l ia mama dracului de hot = fuck this bloody thief / to hell with this bloody thief
    asta nu e sanatos la cap = he’s insane in the main brain / crazy in the coconut
    vagabondul dracului = bloody/fucking bum
    papagal = parrot, smug(ger), stuck-up (cu varianta “VIP, adica very important papagal”, pe care
    Becali i-a adresat-o lui Calin Popescu Tariceanu)
    paduche = louse, tossbag/tosser
    bisnitar de mahala = slum monger
    handicapat cu doua clase mai mult decât trenul = a mentally disabled person, two grades smarter than a train
    posedat de diavol = possessed by the devil
    cancer veninos = venomous cancer
    bolnav psihic = mentally deranged
    creier de maimuta = monkey-brained
    Gigi tântarul = Gigi the mosquito
    rahat cu ochi = human shit
    maimuta curentata = fried-up monkey
    pipita/pitipoanca = fancy pansy
    un mucos venit cu oile în Bucuresti = a whippersnapper who has taken his flock of sheep to Bucharest
    limbric = roundworm, worm
    curva = slut, whore, bimbo
    taca-ti fleanca = shut your gob
    vânzator de iaurt = yogurt salesman
    balamuc = madhouse, nuthouse, cuckoo’s nest
    jigodie = (complete) rotter, mongrel
    tribunul câinilor si pisicilor = the cats’ and dogs’ tribune
    vrajeala = hook, snow job, soft soap
    comunistule = you bloody Communist!

*******

PPC (18/6/09)

• Jusqu’aux années 30, dans la bonne société, on passait déposer sa carte.
• Un domestique la portait à son destinataire et revenait, le cas échéant, avec la réponse.
• De là vient l’expression carte de visite.
• Les cartes avaient leur langage.
• Le coin qu’on cornait et la mention qu’on y faisait figurer avaient une signification :
• Coin supérieur gauche corné : visite d'affaires.
• Coin supérieur droit corné : "Je viens simplement présenter mes respects. Vous n'êtes pas obligé de me recevoir."
• Coin inférieur gauche corné : "Je suis de retour en ville. Vous n'êtes pas obligé de me recevoir."
• Coin inférieur gauche corné + PPC (Pour Prendre Congé) écrit sur la carte : "Je passe vous prévenir que je quitte la ville. Vous n'êtes pas obligé de me recevoir."
• Coin inférieur droit corné : "Je dois vous parler de toute urgence."
• La pratique du dépôt de cartes de visite a disparu, mais leur usage en accompagnement d’un cadeau demeure.
• Le PPC, pour prendre congé, se maintient également.
• C’est une abréviation qu’on utilise en conclusion d’une lettre ou d’un présent d’adieu.
• Elle reste vivante dans le monde diplomatique, notamment anglo-saxon, qui a conservé l’habitude d’employer cette formule du savoir-vivre français.

*******

SOS AGRICULTEURS (17/6/09)

• Produire du lait ne suffit plus. Vous faites aussi de la cerise.
• Pas de chance, il y a surabondance des deux cette année.
• Heureusement, la banque est là (« On est là pour vous aider »).
• Mais apprenez à parler le banquais.
• Le cas échéant, faites jouer votre LEP.
• Si vos dettes vous provoquent des malaises, demandez une convention AERAS.
• Vous éviterez une commission d’intervention salée.
• Et une inscription au FICP, toujours désagréable.
• Mais en cas de dette fiscale, gare à l’ADT !
• Pour vos nouveaux investissements, ayez recours à une tontine.
• Ou pour accéder à la propriété, au PAS ou à l’APL.
• Un conseil pourtant : au lieu de traire vos vaches, trayez Bruxelles.
• La PAC est une vache à lait.
• Votre IBAN suffira.

LEP : le livret d’épargne populaire est un produit d’épargne réservé aux personnes qui ont leur domicile fiscal en France et dont l’impôt sur le revenu n’excède pas 754 euros en 2008. Son taux de rémunération est actuellement fixé à 2,25 %. A noter qu’il n’est possible d’ouvrir qu’un seul LEP par personne. Et les enfants rattachés au foyer fiscal ne peuvent détenir ce type de livret.


Convention AERAS : s'Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé a pour objet de proposer des solutions pour élargir l'accès à l'assurance et à l'emprunt des personnes ayant ou ayant eu un problème grave de santé. Signée par les pouvoirs publics, les fédérations professionnelles de la banque, de l'assurance et de la mutualité et les associations de malades et de consommateurs, elle est en vigueur depuis le 6 janvier 2007. La convention AERAS concerne les prêts professionnels, les prêts immobiliers et les crédits à la consommation

La commission d’intervention correspond à des frais forfaitaires appliqués à chaque opération débitrice enregistrée sur un compte ne bénéficiant pas d‘une autorisation de découvert ou si l’opération se situe en dehors de cette autorisation.

Le FICP : Créé en 1989 et géré par la Banque de France, le Fichier national des incidents de remboursement des crédits aux particuliers (FICP) centralise les informations relatives aux incidents de paiements liés aux crédits consentis aux particuliers et les mesures prises dans le cadre du règlement des situations de surendettement des ménages. Les établissements de crédit sont tenus d’y signaler tout incident de remboursement d’un crédit. Le fichier international des cartes de paiement et le fichier national des incidents des cartes de paiement n’existent pas.

ATD : l'avis à tiers détenteur est une procédure permettant au fisc de faire bloquer à son profit, par la banque, la somme due par le contribuable au Trésor public. Elle est déclenchée lorsque vous n’avez pas payé votre impôt sur le revenu ou une amende.

Tontine : contrat par lequel plusieurs personnes deviennent propriétaires d’un bien. Lors du décès de l’une d’entre elles, sa part va accroître la part des autres propriétaires et non celle des héritiers.

PAS : prêt à l’accession sociale. C’est un prêt immobilier conventionné et destiné au financement de la résidence principale. Accordé en fonction des ressources, il peut être accompagné d’une Aide personnalisée au logement (APL).

PAC : Politique Agricole Commune

L’IBAN est l’identification du compte (fût-il débiteur !) : code du pays, clé de contrôle et identifiant national du compte (le RIB pour la France). 27 caractères.

*******

LEVEE DE BOUCLIERS A TÉHÉRAN (16/6/09)

  • • Conséquence de la levée de boucliers, une grève générale paralysera l’Iran ce mardi.
    • En levant leurs boucliers, les centurions exprimaient à leur général leur amertume ou leur enthousiasme.
    • Les légions levaient aussi les boucliers pour former une « tortue » , les protégeant des flèches et des javelots.
    • Inversement, lever le bouclier fiscal rendra vulnérables les gros porteurs.
    • Les Indiens du Canada devaient toujours lever leur bouclier pour rendre opérationnelles leurs ornementations rituelles.
    • Pour matérialiser leur soutien au caïd de Téhéran, les Nord-Coréens menacent d’élever le niveau de leur bouclier stratégique.
  • Une précédente levée de boucliers à Téhéran avait été suscitée par le film "300", où les levées de boucliers des spartiates donnaient du fil à retordre à l'armée Perse de Xerxès
    • La levée de boucliers en Iran a un retentissement international.
    Welle des Protests (onde de protestations)
    General / Public outcry (tollé général)
    Levantamiento de protestas (levée de protestations)
    Una levata di scudi (levée de boucliers)

*******

LA FORMULE DE YAB (15/6/09)

• C’est en conclusion de son film Home que Yann Arthus-Bertrand lance son désormais célèbre : « Il est trop tard pour être pessimiste ».
• Traduction : la situation est trop grave pour qu’on se laisse aller aux regrets.
• Malraux ne dit rien d’autre quand il oppose le pessimisme de la pensée à l’optimisme de l’action.
• La formule employée par le librettiste du cinéaste est une façon de dire qu’il ne sert à rien de regarder en arrière et que l’heure est à l’action, donc à l’optimisme.
• Inventé en réponse à la crise écologique, ce slogan s’appliquera tout autant à la crise économique.
• Utilisé en entreprise, il rappellera, avec un clin d’œil, que les états d’âme sont stériles et qu’on n’est jamais aussi bon que dans l’urgence.
• C’est une parole de management.
• Son double statut de métaphore et de citation à chaud lui donnera une force particulière en réunion, quand il s’agira de remotiver les équipes.

*******

LARMES DE CROCRODILE (12/6/09)

• L'arme du crocodile, ce sont ses énormes mâchoires.
• Au bord du Nil, dans l’Antiquité, on prétendait les entendre gémir lorsqu’ils attiraient leurs proies vers le fond.
• Ce n’est pourtant pas par compassion que les crocodiles versent des larmes.
• Leurs glandes lacrymales ont les mêmes circuits neuromoteurs que leurs glandes salivaires et gastriques.
• Certains partis salivent devant les largesses de potentats, ce qui entraîne diverses sécrétions.
• Les larmes suivent, c’est physiologique.
• Et donc universel : Krokodilstränen, to cry crocodile tears, lagrimas de cocodrilo, lágrimas de crocodilo, lacrime di coccodrillo, graate krokodilletaarer, krokodyle lzy, krokodilske suze, graata krokodiltaarar et bien d'autres.
• Pour recueillir tant de larmes, les 11 et 16 juin sont fériés au Gabon.

*******

C'EST PAS ÉVIDENT (11/6/09)
  • Il y a ceux qui répondent : c’est pas facile.
    • Et ceux qui maugréent : c’est pas évident.
    • Reste accessoirement ceux qui donnent du « ce n’est pas facile », « ce n’est pas évident ».
    • Simple tic de langage ?
    • Pas sûr !
    • Dire que ce n’est pas facile, c’est en effet se placer d’un point de vue pratique : le problème est identifié, mais la solution n’est pas simple à mettre en œuvre.
    • Il s’agit d’autre chose quand ce n’est pas évident : dans ce cas, ce sont des questions théoriques qui peuvent faire obstacle.
    • Aussi entendra-t-on plus souvent répondre « C’est pas facile » quand la question est concrète, et « C’est pas évident » quand elle est plus philosophique.
    • La gestuelle et la mimique qui accompagnent les expressions diffèrent aussi parfois.
    • On dit curieusement « C’est pas facile » en opinant, alors qu’on se met en retrait avec « C’est pas évident ».
    • C’est pas facile marque souvent le début de l’action.
    • C’est pas évident, au contraire, la fin de réflexion.
    • En anglais, on ne connaît pas cette nuance : not so easy.
*******

LE TORCHON BRÛLE (10/6/09)

• Le torchon brûle au PS.
• D'où diable provient cette expression ?
• On se perd en conjectures.
• Est-ce une allusion à quelconque brûlot venu mettre le feu aux poudres ?
• Le Parti aurait-il fait un four ?
• Plausible, mais pas avéré.
• Ou se serait-il fait torcher ?
• "Tu brûles !" disent les enfants ; se rapprocherait-on d'une solution finale ?
• Simple précaution, aucun torchon n'a été admis à la danse du feu.
• Ailleurs en Europe, le torchon brûle aussi.
Der Haussegen hängt schief (la bénédiction du foyer est mise à mal).
El ambiente esta que arde (l'atmosphère est embrasée).
O pau vai comer (le bâton va se nourrir).
Having a serious falling out (un différend).

*******

LA MAIN VERTE (9/6/09)

• Manifestement, le patron d’Europe Ecologie a la main verte.
• "Avoir la main" désigne quelqu'un qui est habile dans un domaine particulier ou dans le maniement de quelque chose.
• Qui aura dû "se faire la main" pour acquérir son savoir-faire.
• Par extension, l’expression se réfère à une personne habile dans le jardinage et l'entretien de ce qui pousse en terre.
• Elle est parfaitement décryptée en Europe :
Einen grünen Daumen haben (avoir le pouce vert)
To have a green thumb (avoir un pouce vert) -- green finger au Royaume-Uni
Tener buena mano para las plantas (avoir bonne main pour les plantes)
Ter a mão boa para as plantas (avoir la bonne main pour les plantes)
Avere il pollice verde (avoir le pouce vert)
Groene vingers hebben (avoir les doigts verts)
• Mais « avoir la main », c’est aussi détenir les cartes et ouvrir le pli…

*******

BEAUX DRAPS (8/6/09)

• Arrivé quatrième, le leader du Modem est dans de beaux draps.
• Aucune allusion à sa literie.
• Jusqu’au Moyen-Âge, les « draps » désignaient les vêtements.
• On revêtait de « beaux draps blancs » les pécheurs avérés.
• Jésus fut présenté tout de blanc vêtu devant Ponce-Pilate
• Les femmes reconnues adultères devaient assister à la messe dans des tuniques immaculées - un comble (embarrassant, certes, mais plus supportable qu’une lapidation).
• Il s'agissait donc d'afficher la noirceur des intéressés à la populace.
• Etre dans de beaux draps, c’est donc se revêtir de blanc : la couleur de ceux qui sont dans le pétrin.
• En anglais : to be in a fine mess.

*******

NONOBSTANT (5/6/09)

Nonobstant est à la fois un adverbe et une préposition.
• Dans sa forme adverbiale, il est équivalent à cependant, néanmoins, mais oublié depuis longtemps.
• Comme préposition, nonobstant a mieux résisté, grâce au soutien actif de l’administration et de la justice : il s’ensuit que cette décision doit être pleinement exécutée, nonobstant appel, ou cet impôt payé, nonobstant recours…
• Mais à l’exception de quelques précieux, rares sont ceux qui, ces dernières années, s’aventuraient jusqu’à l’utiliser publiquement.
• Au début du XXIe siècle nonobstant était sur le point de rejoindre le cimetière des mots lorsque la crise fait irruption.
• Et nonobstant refait surface grâce à la communication financière.
• Comme nous vous le signalons régulièrement, les francophones n’aiment en effet pas les répétitions (d’où la difficulté de traduire de l’américain).
• Faire revenir un même mot à intervalles rapprochés est considéré au mieux comme une faute de style, au pire comme une faute de goût.
• Comment faire, nonobstant, lorsqu’on a déjà abusé de malgré et d’en dépit de ?
• Lorsqu’un chiffre d’affaires est en croissance, c’est désormais malgré la crise.
• Et quand le résultat est en retrait, c’est en dépit des nombreux succès commerciaux dont se targue l’entreprise.
• Mais vient un moment où le stock de malgré et d’en dépit est épuisé.
• C’est alors qu’intervient nonobstant.
• D’abord testé par les dircoms les plus hardis, nonobstant est progressivement pratiqué par l’ensemble des équipes de communication.
• Il est repris par les journalistes pour les articles grand public.
• Hier soir sur France 2, dans la cacophonie des impétrants européens, on a cru distinguer de-ci de-là des nonobstant.
• En anglais : notwithstanding (qui n’est jamais tombé en désuétude).

*******

TABAC (4/6/09)

  • Le tabac qu’on fume et le coup de tabac qui a peut-être désintégré le vol AF 447 n’ont étymologiquement rien à voir, quels que soient leurs effets dévastateurs (à plus ou moins long terme).
    • Le premier, issu de l’amérindien tabaco, nous a été rapporté par les équipages de Christophe Colomb.
    • Le second est à rapprocher de tabasser.
    • C’est ce tabac-là qu’on retrouve dans le passage à tabac.
    • Ou dans faire un tabac qui évoque à partir des années 50 les manifestations de satisfaction du public (qui par la suite préférera prendre son pied).
    • Ces tabacs-là eussent dû s’orthographier tabas.
    • Mais par homophonie, l’autre tabac, celui honni des êtres sains, a imposé son « c » terminal.
    • Carmen, cigarière de son état, rapproche parfois, les soirs d’ovation, ces deux tabacs.
    • En anglais : Coup de tabac : stormy weather (un peu faiblard, il est vrai); Faire un tabac : to have a lot of juice.
*******

DIRIMANT (3/6/09)

Dirimant, du latin dirimere (trancher, rompre), est un terme juridique signifiant : qui comporte une anomalie susceptible d’engendrer la nullité d’un acte.
• Le fait de ne pas être célébré en public constitue ainsi pour un mariage un empêchement dirimant.
• Progressivement, l’adjectif est passé du langage des professeurs de droit à celui des sciences politiques, pour finir par faire, plus récemment, irruption dans le vocabulaire cultivé courant.
• On dira ainsi d’un argument qu’il est dirimant quand il est de nature à balayer toutes les objections, ou encore d’un obstacle, s’il est incontournable.
• Dirimant est à la fois un mot simple sur le plan de la consonance et de l’orthographe, et savant quant à sa signification.
• On croit le connaître alors qu’on l’ignore.
• Mais, en situation, on devine presque à coup sûr ce qu’il veut dire.
• Placer dans une réunion un dirimant (ou une dirimante) plutôt qu’un drastique ou un décisif, permet de se distinguer à bon compte.
• En anglais : nullifying

*******

DOMAINE RÉSERVÉ (29/5/09)

  • La formule est née avec la Cinquième République.
    • En 1959, certains députés gaullistes souhaitent voter une motion en faveur de l'Algérie française.
    • Pour éviter une fracture de la majorité, Jacques Chaban-Delmas, alors président de l'Assemblée Nationale, explique que les questions diplomatiques et les affaires de défense relèvent de la compétence exclusive du président de la République.
    • Habitué des AOC et autres VDQS, il invente le "domaine réservé".
    • Bien que son principe n'ait aucune justification constitutionnelle, l'expression a fait florès, si bien qu'on parle aujourd'hui de domaine réservé dans le monde professionnel.
    • Il y a des domaines réservés dans toutes les entreprises.
    • Et les présidences n’en ont pas l’exclusivité.
    • La direction financière, celle de la communication et bien d'autres, ont les leurs.
    • Quelle différence entre le domaine réservé et la responsabilité fonctionnelle ?
    • Le domaine réservé ne se discute pas.
    • C'est un grand privilège en entreprise que de disposer d’un domaine réservé.
    • Et quand l'expression surgit, on peut parier que ceux auxquels elle est destinée sont investis d'une légitimité, qui s’assortit d’un secret dépense.

 

Authored and hosted by EDIT Online - Copyright 1997-2013 Edit - Easy Does I.T. - Internet & Translation. All rights reserved.