PASSEPORT pour les Français à l'étranger

Passeport pour les jours fériés

Cliquez ici pour connaître tous les jours chômés du monde, pour toute la décennie !

 

 

TRANSITUS HORRIBILIS

par Jean-Pierre Jumez

" Vous allez vraiment passer toute la nuit ici ? " me demande d'un air horrifié la seule passagère débarquant avec moi à l'aéroport de Djeddah. ...

Et la journée ! Il est 20 heures ; mon vol pour Khartoum décollera à 17 heures demain. Et comme je n'ai pas de visa saoudien, je n'ai même pas le droit de me rendre à l'hôtel de l'aéroport...

Zigzaguer dans le monde en recueillant les témoignages que nous publions dans PASSEPORT, c'est passionnant. Mais me trouver encalminé de la sorte, ça l'est nettement moins. L'avion qui m'a amené de Kigali avait quinze heures de retard. J'ai donc raté ma correspondance.

Salle de prières

Maintenant, je vais simplement croupir sur ces banquettes, soigneusement calculées pour qu'on ne puisse s'y allonger, en compagnie de " jihads " venus des quatre coins du monde. Certains sont richement vêtus, d'autres sont presque nus. Des êtres étranges côtoient des hommes d'affaires avec attaché-case. Un tapis permet à tout ce monde de faire sa prière en salle de transit. Les policiers l'utilisent aussi. De bruyantes annonces gutturales déchirent l'air à chaque départ. Je consulte le tableau d'affichage : il y a des départs toute la nuit...

Seule distraction possible : la cafétéria, où un somptueux dîner m'est offert par la compagnie coupable : une aile de poulet desséchée, sur un coussin de riz sec, le tout arrosé d'un jus de fruit infect.

Mais qu'ai-je donc fait à Allah pour en arriver là? Je ne pèche pourtant ni par mensonge, ni par exagération, ni par omission en vous relatant les propos de Mme Tannous, qui partage sa vie entre Paris et Beyrouth, ceux de Maïté Ricci, qui enseigne aux petits Botswanais, ou ceux d'Anne Spoerry, médecin volant au Kenya, ou encore ceux de cette sœur qui réside depuis 26 ans en Angola et ceux de notre consul témoin d'événements extraordinaires en Chine. !

Licite !

Alors, pourquoi me persécutez-vous, grand Allah ? J'ai bien pris toutes les mesures pour ne pas mériter votre courroux : ainsi, avant l'atterrissage, j'ai bu le contenu des bouteilles de bière destinées à la collection qu'en fait mon père : les inspecteurs ont longuement reniflé les canettes vides, certes, mais ne m'en ont pas tenu rigueur. De même, l'exemplaire de PASSEPORT trouvé dans mon sac ne vous offensait-il pas : aucune publicité osée de sous-vêtements ne venait outrager votre regard pur. C'est donc prostré dans un coin que je fais mon autocritique exhaustive. Facilement de quoi me tenir occupé, il est vrai, jusqu'à demain 17 heures...

- Eh bien, vous en faites, une tête!

C'est un Anglais, auquel je décris ma misérable situation.

- Oh, ne vous plaignez pas: j'ai passé une semaine en prison, en compagnie d'un ramassis de gredins patibulaires, dans une cellule ayant pour tout sanitaire un trou au milieu, et ce, en période de ramadan, donc sans nourriture ni boisson de toute la journée ! Parce que j'étais passé à un feu orange. Heureusement, comme je suis l'entraîneur des pilotes de chasse saoudiens pour le compte de British Aerospace, on a pu intervenir pour m'éviter de croupir plus longtemps!

A l'heure où j'écris ces lignes, cher lecteur de PASSEPORT, je suis recroquevillé sur ma banquette, tétanisé, anéanti, hébété... Ma consolation : l'espoir que vous trouverez plaisir à lire ces pages.

Authored and hosted by EDIT Online - Copyright © 1997-2013 Edit - Easy Does I.T. - Internet & Translation. All rights reserved.